• Améliorer le vivre ensemble au sein d'un groupe: Le travail sur l'empathie

    Est-il possible de mieux vivre ensemble sans se préoccuper des autres, de leur besoins, de leurs attentes ? Est-il envisageable de demander du respect, de l'écoute, de la tolérance si nous ne sommes pas en mesure de proposer la même chose aux autres ?

    Depuis pas mal d'années maintenant, j'organise au sein de mes groupes le "comment ça va ?. Tout est dans l'intitulé et l'article sur le sujet vous donnera surement des infos.

    Le but pour moi n'est donc pas d'écrire la même chose, mais de parler de ce que peut apporter d'autre ce véritable rituel que la grande majorité des enfants plébiscite à chaque séance.

    Malgré toutes ces années, je suis, encore aujourd'hui, quelquefois surpris et profondément touché par ce que j'entends. J'aimerais que l'enseignant ou le parent soit à mes côtés, à certains moments, pour entendre les paroles de ces enfants inquiets parce que " maman est à l’hôpital" ou stressés par "l'évaluation de tout à l'heure". J'aimerais qu'ils entendent quand des enfants, malheureusement "étiquetés" comme difficiles, se disent effrayées à l'idée d'être grondé par le parent ou par la maitresse, ces petits "durs" que l'on pourrait facilement imaginer faire preuve d'arrogance, déclarer "Je suis triste parce que j'ai été puni tout à l'heure par ma maitresse".

    Assis en tailleur, les autres enfants écoutent. J'assiste parfois à des querelles parce que l'un a fait le reproche à son voisin "Je suis pas content parce Julien m'a poussé tout à l'heure et m'a pas dit pardon", à des réconciliations aussi "Pardon, je ne savais pas que le mot que j'ai dit...".

    L'enfant apprend à dire ses émotions, se déleste aussi de ses contrariétés , de ses peines, partage aussi ses joies, mais il y a également l'effet que cela produit sur le groupe entier. "Les autres aussi ont peur"me disait une petite fille après avoir montré sur la réglette des émotions le petit visage bleu signe d'une certaine inquiétude . Est-ce rassurant de voir que les autres aussi ont des peurs, des tristesses ? Est-que ça nous rapproche d'entendre que les autres enfants et l'adulte référent ont, eux aussi, des émotions ? En toute sincérité, je le crois.

    Améliorer le vivre ensemble au sein d'un groupe: Le travail sur l'empathieJ'irais même plus loin en disant que cela peut aider les uns et les autres, et notamment l'adulte, à changer son regard sur cet enfant que l'on ne supporte plus et qui soudain vous parait tellement différent lorsqu'il dit sa tristesse ou sa fatigue, lorsqu'il raconte qu'il s'est couché tard la veille. Peut-être cela aide-t-il à passer outre les préjugés qui ont la vie dure et qui nous font tellement interpréter et imaginer ce que l'enfant doit dire dans sa tête et ressentir dans son cœur. A tel point qu'il devient pratiquement impossible, pour certains, d'observer et d'écouter l'enfant, sans que des pensées parasites viennent interférer dans la communication.

    Les enfants aussi sont souvent prisonniers de l'image qu'ils ont de cet autre. "Il ment tout le temps" ou encore "Il est toujours méchant, il embête tout le monde". Ces petites phrases en disent long sur le travail que devra réaliser l'autre pour sortir de cette "prison". Mais cet autre aura-t-il finalement la force et l'envie d'en sortir en sachant les efforts qu'il lui faudra accomplir ?

    Pourtant lorsque les émotions et parfois les besoins s'expriment, le masque tombe et l'on peut enfin apercevoir une autre facette que l'on ne voyait pas ou ...plus.

    Comme nous, cet enfant aussi a des besoins qui parfois lui font faire des choses que les autres n'approuvent pas toujours. Cela ne veut pas dire que tout se pardonne plus facilement mais peut-être que de connaitre sa peur ou sa tristesse va me permettre de rester plus facilement conscient que si l'acte est répréhensible la personne ne doit pas être pré-jugée.

    "Rien n'est écrit, tout s'écrit ici et maintenant" dit l'adage.

    Voilà pourquoi, avec le temps, j'ai compris combien ce moment d'échange et d'écoute était bien plus important que ce que j'avais imaginé au début.

    Petits et grands, il peut nous conduire sur le chemin de l'empathie et ouvrir de nouvelles perspectives dans la relation avec l'autre et avec nous-même.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -------------------------------------------------------------

    « La liberté d'expression expliquée aux enfants33% d'enfants pauvres dans les BdR ! »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :