• Campagne Violence éducative 2013

    La Fondation pour l’Enfance et l’agence ROSAPARK lancent la nouvelle campagne TV et web de prévention des violences éducatives ordinaires : « Il n’y a pas de petite claque ! » Dans la suite de la campagne déjà menée en 2011 sur ce thème, la Fondation pour l’Enfance diffuse un nouveau film de sensibilisation et de prévention grand public, contre les violences éducatives ordinaires envers les enfants, à l’aide d’un spot de 30 secondes réalisé gracieusement par l’Agence ROSAPARK, avec le concours des maisons de production Soixante-quinze et Circus(source www.fondation-enfance.org).

    Donner une claque , une fessée à un enfant ou pas ? Le sujet fait polémique. Le fait est que, lorsque l'on donne une gifle à un enfant, plusieurs problèmes peuvent se poser:

    (Je n'aborde pas la douleur, le mal que je provoque chez l'enfant et qu'il est difficile de nier).

    Au delà de cette douleur, le message que j'envoi à l'enfant est peut-être que la violence est parfois nécessaire pour obtenir ce que l'on veut. Il y a une espèce de banalisation de la violence. J'aborde le sujet dans plusieurs articles dans ce blog(voir Education: La fin justifie-t-elle les moyens ?  / Une bonne et une mauvaise violence ? ) .

    D'autre part, que va-t-il se passer si l'enfant ne réagit pas de la manière attendue par l'adulte ? Une 2e gifle, un coup de poing, un coup de pied ? Pourquoi l'adulte s'arrêterait-il alors qu'il n'a pas obtenu ce qu'il voulait ? Le risque de l'emportement est réel.

    Ce qui est dommage, c'est d'entendre parler de la violence ordinaire comme si elle était le seul rempart contre le laxisme ou la démission. Entre frapper et ne rien faire il existe bien d'autres nuances. Notre intelligence, celle qui nous différencie de l'animal n'est-elle pas suffisante pour trouver d'autres moyens ?

    Si l'enfant n'obéït pas, est-ce seulement sa faute ? N'ai-je pas une part de responsabilité dans l'affaire?

    Certains disent: "J'ai pris des baffes et cela ne m'a pas empêché d'être ce que je suis aujourd'hui" C'est peut-être ce qui fait que nous avons du mal à nous défaire du schéma que nos parents ont construit et qui est imprimé en nous. On peut laisser croire que c'était bon pour notre éducation, mais au fond de nous, nous savons que ça fait mal...

    Penser que la violence est la seule façon d'asseoir son autorité est finalement bien triste et, à mon avis, totalement erroné. La preuve est que des parents, des enseignants, des animateurs réussissent à enseigner, à éduquer, à animer sans violence.

    Donc, on peut être pour ou contre la giffle mais dire qu'il est impossible de faire autrement pour éduquer un enfant est faux.

    La violence est un choix, ayons le courage de le reconnaitre.

    Le clip

     

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Autres articles :

    « Dire ses émotions, ça s'apprend !Nouvelle campagne contre le harcèlement à l'école »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :