• Philo pour les enfants: attention danger ?

    Depuis quelques années, les ateliers à visée philosophique (c'est le terme exact) pour les enfants en élémentaire, fleurissent ça et là dans les écoles et au delà, pour le plus grand bonheur des jeunes, mais aussi des enseignants et des animateurs.

    En général le but de ces ateliers est d'inciter les enfants à développer un esprit critique, une capacité d'écoute et d'argumentation qui leur permettra peut-être, on peut du moins l'espérer, de ne pas se limiter à des critiques du genre, "c'est nul", ou ,"super !", voire de sortir de leurs gongs dès que l'autre n'est pas d'accord avec eux.

    C'est aussi l'occasion, pour certains enseignants, de travailler de manière transversale, d'autres matières scolaires.

    Bref, tout le monde est gagnant.

    Philo pour les enfants: attention danger !Sauf que, ces espaces de liberté (d'expression) ou l'enfant peut poser des questions inattendues, remettre en cause un point de vu quel qu'il soit, voire discuter l'avis de l'adulte, peuvent l'inciter à questionner davantage le monde qui l'entoure. Et dans ce monde il y a... la famille, l'école, l'enseignant, les règles, etc...

    Et là, ça peut vite devenir compliqué pour un adulte qui n'accepte pas les critiques.

    Quand l'adulte donne la parole à l'enfant, il souhaite, bien souvent, que celle-ci aille dans son sens. Si ce n'est pas le cas, comment réagit l'adulte ?

    Va-t-il censurer "Tu te tais, c'est mieux...", juger "tu racontes n'importe quoi...", donner son avis "ce n'est pas normal de penser ainsi..." Ou bien sera-t-il capable d'inciter au débat, au questionnement, sans jugement et sans prendre position ?

    La question est peut-être de savoir si je cherche à former des esprits critiques ou des esprits étriqués ?

    Il y a surement beaucoup à apprendre de ces libres esprits que sont les enfants.  Cette parole "sans filtre" mérite qu'on l'accueille avec égard et considération car c'est à partir de cette parole que l'adulte peut aider l'enfant  à "creuser" son idée, à la mettre en forme et à la développer pour ensuite la confronter aux arguments des autres.

    Je me souviens d'un débat sur le bonheur dans un groupe de CM1 avec un échange en particulier qui m'a surpris et enthousiasmé:

    -Moi je suis tout le temps heureuse.

    -On ne peut pas être "tout le temps heureuse". Si tes parents sont très malades par exemple?

    -Je suis heureuse quand même.

    -OUaaa ! C'est trop grave. (Puis l'enfant reformule) Tu veux dire que ça ne te fait rien que tes parents soient malades ?

    -Si, ça me fait, mais... si je leur montre, ils vont être encore plus malheureux.

    -Alors, tu n'es pas vraiment heureuse.

    Ce qui nous a conduit à nous poser de nouvelles questions sur la définition du bonheur et sur le mensonge aussi.

    Pour le reste, je fais la différence entre un avis qui peut choquer mais qui incite au débat, à l'argumentation, par exemple "je pense que les filles savent mieux faire le ménage que les garçons", d'une phrase insultante, dégradante, violente (situation qui arrive rarement à l'école élémentaire mais qui peut survenir au collège et au delà).

    Dans ce dernier cas, un rappel à la règle est nécessaire: "Tu peux me citer les règles que nous avons fixé ensemble en début d'activité, s'il te plait ?"

    Cela suffit, en principe, à calmer les excès de langage et à ramener l'auteur à la raison, avec une formulation qui, cette fois, permet le débat.

    Dans le cas contraire, la parole peut être "confisquée" à l'enfant jusqu'à ce qu'il soit capable d'une formulation respectueuse des règles et des personnes.

    Ainsi l'enfant est poussé à exprimer le fond de son opinion et non à se laisser aller à des mots vides de sens qu'il utilise souvent par mimétisme ou pour le plaisir de choquer, voire d'assouvir une rancoeur, et ce sans y avoir réfléchi.

    En définitif, les ateliers philo peuvent apprendre à l'enfant et à l'adulte, à mieux appréhender les critiques et les opinions divergentes.

    Et celui de l'adulte et de l'enfant qui aura le plus de mal dans cet exercice n'est peut-être pas toujours celui qu'on croit...wink2

    -----------------------------------------------------------

    Fichier à télécharger "animer une séance philo enfants".

    « Animer une séance.pdf »

     

    « "Je ne suis pas un hérisson, ni un paillasson"Pourquoi apprendre la Marseillaise dès l'école élémentaire ? »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :