• C'est tabou

    Maman n'aime pas la violence. Elle n'a jamais porté la main sur son enfant ni crié après lui.

    Mais elle est désemparée.

    Justin 4 ans grandit, et les coups qu'elle supportait de sa part, avant, lui font de plus en plus mal.

    Elle ne sait plus quoi faire. Dès qu'il n'a pas ce qu'il veut, Justin s'emporte, parfois avec violence.

    Maman lit des livres pour trouver des réponses, elle suit même des formations ou elle apprend à communiquer différemment avec son petit.

    Elle met en place un cadre bienveillant autour de lui, agence la journée de manière à prévoir des temps pour jouer et s'occuper de son enfant et l'aider à verbaliser ses émotions.

    Mais ça ne suffit pas. Les crises arrivent parfois avec des gestes et des paroles qui font pleurer maman. Elle a essayé les câlins mais comment faire un câlin quand un enfant donne des coups de pieds et de poings ?

    Elle n'a pas trouvé de réponse. La seule chose qu'on lui ait dit dans ces formations c'est : "on ne doit pas frapper ou violenter son enfant" ou encore "lui parler avec bienveillance, le prendre dans ses bras suffisent à calmer sa crise"...

    Alors elle culpabilise le jour où, avec fermeté mais sans violence, elle retient la main de son enfant pour qu'il cesse de la frapper. Elle lui dit "non ! Je ne veux pas que tu me frappes...J'ai mal quand tu me tapes..."

    Elle culpabilise lorsqu'elle s'assoit par terre avec son enfant entre ses jambes sans l'enserrer, afin de l'empêcher de se taper contre la porte. Elle lui caresse la tête tendrement et lui dit "Je t'aime", malgré ses cris et ses gesticulations, malgré les coups qu'elle reçoit.

    En quelques semaines, elle remarque peu à peu un changement d'attitude de la part de Justin. Les crises durent beaucoup moins longtemps et se font de plus en plus rares.

    Son enfant lui parle à présent de ce qu'il ressent, il lui explique ses colères, ses besoins. Maman est heureuse et Justin semble plus apaisé.

    Il a fallu deux mois pour que la violence laisse place à la parole.

    Malgré tout maman n'a pas réussi simplement en parlant à faire comprendre à Justin qu'il devait apprendre à exprimer sa colère sans violence.

    Elle ne parlera à personne de ça.

    Elle a compris...c'est tabou.

     

    « 1er forum sur la non-violence éducative à Salon de ProvenceLes enfants nous attendent... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :